Deux corps absurdes proposent une performance circassienne perturbée.
Des tripes, des poils, de la matière.
Un lâché de cordes nerveux, révolté, dégoûté.
La naissance d’un cri.

Oriane Lautel et Camille Granger, deux corps et esprits absurdes, se questionnent sur le chaos du monde et les systèmes de domination. Le cirque leur permet de parler de la violence qui agit sur nos corps, d’exprimer notre révolte, de pousser un cri. Binôme d’artistes femmes performeuses, l’une est technicienne et l’autre circassienne, elles créent ensemble depuis près d’un an de nouveaux espaces des possibles grâce à un dispositif de cordes et de trapèze qui se transforment métaphoriquement tout au long de la performance. Faisant ainsi perdre ses repères aux spectateur•rices et provoquer une remise à zéro en cassant les normes.

Pourquoi le CRI du bombyx ?

Le Bombyx Mori ou plus communément appelé le “ver à soie” fabrique des fils qui mesurent entre 800 et 1500 mètres. Au fur et à mesure de sa domestication, l’animal s’est transformé, devenant incapable de voler et de se nourrir sans l’aide de l’Homme. Ce papillon n’existe plus à l’état sauvage, y compris en Chine d’où il est originaire. Si ce petit ouvrier pouvait parler, quel serait son cri ? Avec leurs centaines de mètres de cordes, les deux artistes tissent leurs fils, prêtes à en découdre, tel le bombyx.

Galerie de médias

Réduire Afficher tous les médias