Aujourd’hui, en Wallonie, on estime le nombre d’habitant•es de l’habitat léger à plus de 20 000 personnes. Cela inclut les habitant•es des zones de loisirs, les gens du voyage et les habitant•es des habitat alternatifs. L’habitat léger est une solution viable et valable à la crise du logement ainsi qu’un changement dans l’art d’habiter.

En 2013, le RBDL s’empare de la question de l’habitat léger. Après une série d’actions (production d’exposition, d’un documentaire, d’un mémorandum (à télécharger ci-dessous), une réponse politique nait en 2018 et prend la forme d’une étude juridique sur l’habitat léger. Son objectif était de distinguer les freins d’ordre juridique qui empêchent son développement. L’étude a permis d’intégrer une définition dans le Code wallon de l’habitation durable, ce qui constitue une avancée significative même si, au final, c’est une victoire symbolique qui ne règle pas les questions d’aménagement du territoire et d’urbanisme.

Pour fêter tout cela, nous avons organisé les Rencontres de l’habitat alternatif et de l’habitat léger (RIHAL) les 10 et 11 mai 2019. C’était l’occasion d’attirer l’attention sur cette évolution législative et de marquer un soutien clair aux pratiques populaires dans et pour les années à venir. Lors de ce festival nous avons distribué une brochure de vulgarisation de l’étude juridique réalisée par nos soins.

Galerie de médias

Réduire Afficher tous les médias

Ressources

Réduire Voir toutes les ressources