Centre culturel du Brabant... / Son Foyer populaire / "Point de fuite" | Bastarda Company
RÉSIDENCE - 18.09 > 28.09.2017

"Point de fuite" | Bastarda Company

Qui sommes "Nous"? Et qui sont "les Autres" ?
C'est du cirque subversif que nous proposent l’équilibriste Jenny Rombai et la musicienne Célia Jankowski. Deuxième résidence au Foyer populaire...
En résidence du 18 au 28 septembre 2017

En résidence du 13 au 26 février 2017
Spectacle ubuesque et musical de cirque actuel


Deux hôtesses "avec quelques heures de vol" nous accueillent dans leur univers absurde.  Essayant tant bien que mal de garder la face, l'une, tranquille, assure la détente sonore, l'autre s'occupe de la préparation et la sécurité du public. Un paysage désincarné se dessine telle une carte postale délavée de Lolita.

Point de fuite parle de perspectives. Celles auxquelles on s'accroche et qui nous enferment. C'est une invitation à la remise en question des frontières, des points fixes par la fantaisie. Célia Jankowski et Jenny Rombai y marient la musique, le cirque et le texte pour transmettre leurs émotions, leurs fragilités et la force qui en est issue. Des images éphémères fantaisistes sont sonorisés en live par une multitude de sons, qui apparaissent tantôt enregistrés, tantôt acoustiques, visibles, à la voix et au tambour.
Une rencontre où l'une s'invite chez l'autre.

Les micros branchés, un voyage commence d’où l’on ne ressortira pas indemne. Au fur à mesure d'un discours absurde multilingue autour de l’identité et l'appartenance nationale et religieuse des questions grinçantes apparaissent.

En quoi croyons nous ? Où se situent nos repères ? D’où viennent-ils ?
Qui sommes "Nous" ? Et qui sont "les Autres" ?
Pas de réponses données, si ce n'est  la fantaisie et l'humanité déchirante du duo.

L’une, sur son hamac comme son vaisseau de fuite, part pour une traversée dans les airs vers l’infini.
Traversera-t-elle jusqu’à l'autre rive ? Ou sera-t-elle noyée tel un réfugié de notre été méditerranéen ?
L’autre, avance au sons de cris mélodieux, portant, tel un fardeau, son tambour vrombissant. Une transe venue du bas ventre de Lilith.
Les deux femmes fusionnent à la poursuite d'une plausible libération.
Illuminées par la vie, elle transcendent la chevauchée jusqu’au-boutiste, invitant le spectateur à sa propre quête.

Bastarda Company souhaite faire le lien entre l'actualité et son univers onirique et questionne la place du cirque traditionnellement utilisé comme "entertainment", opium du peuple. Les artistes souhaitent mettre en lumière sa nature subversive, par l'ouverture des possibilités inédites et la remise en question des repères habituels.

Un dispositif scénique et sonore original


Le hamac mexicain est un agrée de cirque inédit. L'exploit est de créer des images éphémères au service de la dramaturgie. L'objet peut ainsi devenir à la fois lieu, décor, costume. L'univers musical traverse et mélange de façon innovante des sonorités bruitistes, des sons de synthétiseur, des instruments acoustiques fabriqués et des chants du monde. Le partage et le croisement des deux recherches, déjà très personnelles, donne lieu à un univers unique.

La résidence au Foyer populaire/Espace d'inventions sera consacrée à la création lumière.

Les artistes

Jenny Rombai
Équilibriste sur le fil mou depuis 2001, Jenny a suivi la "Formation Professionnelle aux Arts du Cirque et de la Scène" au Lido, à Toulouse.  Elle a créé le spectacle de rue Mad'moiselle LOLA et le spectacle de salle Fable Moderne.
Elle a joué, entre autres, dans L'Arnaque, (de la Cie des SixFauxNez, et Mutin !, de la Cie. L'art mobile.

Célia Jankowski
Célia a étudié la musique classique durant dix ans, puis s'est formée  à l’École Supérieure des Beaux Arts à Montpellier (France), pour ensuite poursuivre une formation à L’École de Théâtre Gestuel Lassaad à Bruxelles.
Elle vient de sortir son deuxième album avec le label Cheap Satanism et collabore régulièrement avec divers artistes à travers des performances et installation sonore.

Brune Campos > Regard extérieur, direction d'acteur
Brune Campos a reçu un enseignement multidisciplinaire lié au spectacle vivant. En même temps que Jenny et Célia, elle découvre sans cesse la silhouette qui se dessine. Sa vigilance se porte sur la disponibilité permanente à l’imprévu, afin que les formes inventées ne se figent jamais.

Tatiana Bohm > Costumière
Dans le duo qu'est Points de fuite, les silhouettes vestimentaires des deux protagonistes sont complémentaires. Les costumes sont là pour accentuer les lignes directrices des personnages. Les vêtements dialoguent ensemble grâce aux couleurs, aux formes, aux motifs, aux matières.

Pauline Bejerano et Nicolas Marty > Création lumière
Dans Points de fuite, la lumière sert par moments d'appui et par moments d'appel métaphorique. On est ainsi invité à plonger au rythme du mouvement et du son dans les abîmes de nos idées, de nos ressentis, de nos dénis, grâce à des sources de lumière inattendues et inespérées, qui favorisent la projection de figures oniriques. La lumière accompagne l'accouchement des pistes libératrices. Elle met en avant la chorégraphie incessante des corps, des voix, du hamac, des instruments et des esprits. Pauline et Nicolas combinent différentes techniques, mais aussi maîtrise et audace dans la gestion et l'utilisation de rétroprojecteurs, éclairage classique et créativité in situ.