Centre culturel du Brabant... / Archives / ARTS / Théâtre / "Entre d'Eux" par la Cie Les Argonautes
EN RÉSIDENCE - 02 > 26.02

"Entre d'Eux" par la Cie Les Argonautes

--- Cirque contemporain --- En utilisant diverses disciplines artistiques comme vocabulaire métaphorique, cette création collective évoque l'alchimie qui ressort de ce qui se dit, et surtout ce qui ne se dit pas, entre deux personnes, dans une des formes les plus emblématiques, le couple.

En résidence du 2 au 26 février 2015


Le spectacle


Un couple… Deux personnes, avec tout ce qui les différencie, tout ce qui les construit.
Un couple… Deux parcours réunis par le Hasard pour certains, le Destin pour d'autres.

- Oh, il doit y avoir un peu de chimie là-dedans. Quelques hormones par ci, quelques phéromones par là. Mélangez dans un bouillon d'ADN, saupoudrez de théories qui analysent nos comportements (c'est pas ça qui manque !), secouez le tout. Et observons !
-  ...
- Bon, reprenons depuis le début !

Étudions les deux acteurs principaux : "Moi" et "Toi".

"Moi"
Un individu, bourré de désirs, de pulsions. Une propension à ne dire que rarement ce qu'il pense vraiment. Tout cela avec une dose plus ou moins importante de mauvaise foi lui permettant de garder une image positive de lui-même.
Mais parfois il se trouve face à l'autre, transparent et sincère.
Du moins, il y croit !

- Et "Toi".
- ?
- C'est vrai, c'est un peu court.

"Toi"
Un individu, bourré de désirs, de pulsions. Une propension à ne dire que rarement ce qu'il pense vraiment. ... Enfin, vous comprenez.

Mais le tableau ne serait pas complet sans une touche de "les Autres"
Maman-Papa ou équivalent, pour la plupart d'entre nous, le premier laboratoire sur ce qui nous intéresse dans leur fonctionnement, les non-dits. L'éducation qui essaie de nous enseigner les règles d'un jeu que personne ne comprend. Et n'oublions pas tous les autres "Autres" qui ont un avis sur tout.
- L'enfer, c'est les autres, qu'il disait !

À la lueur de tout ce qui précède, on comprend mieux. En fait, on comprend surtout que pour ces deux-là, cela ne va pas être simple.
Finalement, ce qui est clair et limpide, c'est que tous, toujours, nous nous retrouvons tel un débutant, un bâtisseur de château sur le sable.


Note d'intention

La recherche sera basée essentiellement sur un travail d'improvisation qui réunira toute la distribution le plus souvent possible. Nous nous emploierons à utiliser le mouvement et les arts du cirque comme vocabulaire métaphorique, en utilisant la force des images que chaque discipline apporte.
La lumière, la scénographie et la musique seront associées le plus rapidement possible à la recherche, dans la mesure du possible. En effet, ces dernières composantes sont de réels partenaires dans la recherche des images, situations qui seront développées.
L'envie est que chacun soit là, comme acteur ou comme témoin.
Nous nous dirigerons probablement vers une suite de tableaux, avec des résonances, voire interdépendances entre ceux-ci, pouvant provoquer certaines transformations chez les acteurs, bien sûr, mais nous n'oserons pas parler d'évolution. Qui serions-nous pour augurer dans ce genre de domaine ?

Débutant un jour, débutant toujours ! Tel sera notre credo pour choisir et mettre en lumière des moments dans la vie du couple qui, d'une façon ou d'une autre, nous interpellent, nous font rire, réfléchir.
Cette palette d'une richesse inépuisable sera notre laboratoire, en partant de nos propres expériences et de témoignages extérieurs, pour rechercher ce qu'il y a d'universel dans tout ce qui a de plus beau, de plus drôle et de plus vil en nous. La complexité de la communication, le mystère des différences entre ce que l'on voudrait dire et ce qui est perçu, ce que l'on pense et ce que l'on dit, la puissance d'un regard, tout ce qui entoure l'intimité de deux personnes. En extraire l'essence, se concentrer sur les composantes, et les transcrire en langage corporel et circassien de manière à laisser au spectateur le loisir de ressentir la scène selon sa propre histoire.
Un regard de compassion teinté d'humour, vers une meilleure compréhension de soi-même afin de mieux connaître l'autre.

Distribution

  • Mise en scène : Philippe Vande Weghe
  • Conseillère à la dramaturgie et chorégraphe : Angélique Willkie
  • Interprètes :
Natalia Fandino, trapèze - corde
Luca Aeschlimann, jongleur – avions de papier
Florencia Demestri, danseuse – tissu
Natalia Weinger, équilibre sur mains et chaussure 

  • Scénographie : Anne Straetmans et Suhail Shaikh
  • Création Bande Son : Mark Dehoux
  • Création Lumière : Anne Straetmans
  • Communication et production : Sara Lemaire

Pour en savoir plus : Le site des Argonautes