Centre culturel du Brabant... / "Mobile Kids" | Octobre 2017
FORMATION | Souvenirs

"Mobile Kids" | Octobre 2017

À Tubize, une quarantaine d'enfants de 9 à 12 ans ont appris à réaliser de courtes vidéos avec leur smartphone. Thématiques traitées par les apprentis cinéastes : la mobilité et la sécurité autour des écoles.
Les objectifs du projet sont divers : mieux connaître les capacités de son Smartphone, l’utiliser à d’autres fins que les fins purement divertissantes ; faire émerger une opinion, la mettre en forme et la partager via cet outil ; connaître les limites posées par le droit à l’image, le droit qu’a l’autre sur sa propre image : je filme quelqu’un uniquement s’il m'y autorise, quelle image de moi je veux donner ? ; se positionner sur un thème crucial pour sa commune, un thème généralement "réservé aux adultes" ; et, enfin, travailler sur une création en groupe.

Encadrés par une équipe de deux réalisateur/caméramans de La Film Equipe (Malonnes), assistés d'animatrices du Centre culturel de Tubize, d’une animatrice du CCBW et de quelques éducateurs de l’ISBW, les enfants ont d'abord fait un tas de découvertes.

Qu’est-ce qu’un court-métrage ? Quelles sont les contraintes du Smartphone ? Qu’est-ce qu’une équipe de cinéma ? Quels sont les différents métiers du cinéma ? Ils ont également visionné une série de courts-métrages, avec des exemples plus ou moins réussis.

Le Centre culturel de Tubize a également pu compter sur le soutien de la Maison de l'urbanisme du Brabant wallon pour mettre en place un atelier grâce auquel les enfants ont pris connaissance d'initiatives développée partout dans le monde. En compagnie du Gracq, ils ont aussi analysé ce qui fonctionne et ce qui pose problème dans leur commune. Enfin, ils ont lu la BD "Mobulot : le mobile mulot", un outil pédagogique conçu par la direction générale de la mobilité du service public wallon.

En petits groupes, les enfants ont ensuite établi un scénario et distribué le rôle de chacun dans le tournage. Dans une malle, ils ont pu puiser des objets, playmobils et autres miniatures utiles au tournage... 

Découvrez, ci-dessous, leurs réalisations pleines d'humour et d'optimisme !


Le groupe Saint-Joseph de Clabecq a conçu le film I Believe I can fly, faisant appel à l'humour. Son message : il faut toujours être attentif au volant ! Béatrice, Baptiste, Eliott, Julie, Laura, Rafael,  Samia, Sami et Zayd ont prévu huit scènes réunissant des cyclistes, un automobiliste et ses quatre passagers. Chaud !


Dans Plus de place pour les vélos, Adem, Amélie, Camille, Elena, Gabor, Ildjima, Louisa et Patricia organisent une course entre une automobiliste et un cycliste. Du ou de la gagnante de la course dépendra l'espace disponible pour jouer ou pour rouler. Fameux enjeu !


Tous les transports, de Baptiste, Hugo, Karam, Lucas, Sani, Thibault, Tristan et Younes, nous plonge dans un polar sur fond d'embouteillage. La grande embrouille !


Dans Sans route ni trottoir, Amalia, Anaëlle, Kilian, Maya, Tiago et Zoé montrent que la négociation est indispensable à l'aménagement et à l'occupation de l'espace public. Haletant !