Un témoignage sincère de questionnements qui habitent une jeune femme en route vers elle-même.

Mon père, à qui on a annoncé qu’il allait avoir un enfant, un petit garçon, a élaboré des plans pour ce petit garçon. Sauf que ce n’était pas un petit garçon qui allait arriver, mais une petite fille. Mais ce n’était pas au plan de changer, c’était à la petite fille de s’adapter au plan.

Yousra, 33 ans, revient avec humour et tendresse sur sa double éducation : celle que ses parents lui ont donnée, pensant que leurs outils suffiront à la protéger du monde des adultes, et celle qu’elle s’est construite au contact des Draris, les jeunes de son quartier. 

Cette éducation déteint sur ses relations qu’elle décortique à la lumière de ses nombreuses identités et valeurs qui se disputent la première place : loyauté, taghenanisme, féminité… et drarisme.

Dans un contexte où le monde lui susurre qu’il faut choisir qui devenir, elle n’y voit plus clair. Kheir Inch’Allah retrace le parcours épique d’une jeune femme qui se mêle aux garçons à l’école du drarisme. Par son humanité, son humour et son intelligence, ce one woman show, porté par une artiste à l’énergie contagieuse, pose un regard inédit sur les questions de lien social, de conflits de classes et de tolérance.

 

DISTRIBUTION

Écriture : Yousra Dahry
Mise en scène : Mohamed Ouachen – Avec Yousra Dahry
Regard dramaturgique : Bwanga Pilipili
Assistanat à la dramaturgie et production : Samira Hmouda
Création lumières : Tarek Lamrabti
Régie générale : Stanislas Drouart
Régie lumières : Valentine Bibot en alternance avec Gauthier Minne


Une production du Rideau de Bruxelles en coproduction avec City Lab — Pianofabriek. Avec le soutien de Mestizo Arts Platform/WIPCOOP et VGC.
Une organisation conjointe du SPOTT et du Centre culturel du Brabant wallon.