Talents Croisés est une opération initiée par l’asbl ITHAC et soutenue par le Brabant wallon, qui donne l’occasion aux élèves de l’enseignement secondaire de vivre un processus de création artistique avec un artiste ou une compagnie (théâtre, danse, cirque, chant, etc.) dans le cadre scolaire. Ce projet permet aux jeunes :

  • de rencontrer de manière privilégiée et active le(s) artiste(s) d’un spectacle ;
  • de vivre les différentes étapes d’une création artistique et d’y participer activement ;
  • de se confronter aux thématiques d’un spectacle et à la remise en question de l’artiste autour de celles-ci ;
  • de participer à une répétition et/ou un banc d’essai (étape de création d’un spectacle).

Ces rencontres entre artistes et adolescent·es se matérialisent sous la forme d’ateliers (l’agenda est établi avec les enseignant·es) et aboutissent à la création et la présentation publique d’une petite forme scénique (d’une durée maximum de 15 à 20 minutes).

En 2024, le résultat de l’opération sera présenté le 14 mai au Vilar dès 18h30 et regroupera l’ensemble des ateliers du territoire. Pour cette édition, les classes encadrées par le Centre culturel du Brabant wallon étaient les suivantes :

  • La Cie Klet a expérimenté la création de son futur spectacle Notre voisine la rue dans la classe de Judith Quaghebeur du Collège Da Vinci de Perwez et dans celle de Valérie Braconnier de l’IPES de Wavre.
  • Les compagnies du Chien qui Tousse / Bretteurs à Gages ont expérimenté la création de leur futur spectacle PiratEs dans la classe de Chloé Dermont du Collège Notre-Dame de Basse-Wavre.

Aude Droessaaert, de la compagnie Le chien qui tousse, confie que « la chance de cette école c’est d’avoir un espace dédié au théâtre avec quelques éclairages. Chloé et les filles nous accueillent comme d’habitude avec une chouette énergie et aussi des petits points d’interrogations dans les yeux. On remet en perspective le partage d’atelier du 14 mai et nous donnons cet atelier en binôme, exactement comme nous l’avions démarré.

Sur base de leurs envies et de leurs préférences, nous avons retenu des parties d’exercices, mais aussi des morceaux de texte que les jeunes élèves ont pu écrire et nous avons imaginé, en guidant mais en restant à l’écoute de leurs propositions, un fil à suivre autour de la thématique de la liberté. Nous avons juste eu le temps de passer au travers et vérifier que le plaisir sera au rendez-vous. C’est ce qu’on souhaite préserver : une expérience collective, où le plaisir est contagieux à l’instar de la force et de l’amitié. »